Diplômée

Anne Grillot

Demande d'information
X

Demande information pour le Collège Inter-Dec

Quel programme vous intéresse
*
Avez-vous des questions en particulier?
Questions ou commentaires
le 24 août 2017

Fondatrice de Anastrophe Design

Diplômée en Design d'intérieur de l'École de Formation en ligne du Collège LaSalle en 2015, Anne Grillot est la fondatrice de l'entreprise Anastrophe Design. Elle a récemment remporté le prix Richelieu de la relève en design dans le cadre des Prix Habitat Design, accompagné d'une bourse de 1500 $. Rencontre avec une entrepreneure créative et inspirante!

Quel est votre parcours professionnel, vos accomplissements?

J’ai toujours voulu être designer d’intérieur. Par contre, on m’a averti dès ma sortie du secondaire que ce chemin était difficile et très contingenté. J’ai alors opté pour des programmes connexes (arts plastiques et design de présentation au Vieux-Montréal, infographie en formation professionnelle). Une chose était certaine, peu importe le domaine, je voulais mon entreprise. Je suis une artiste qui déborde de créativité, mais je ne savais pas comment exploiter mon talent, car il n’était pas précis comme on peut le voir avec quelqu’un qui exerce le dessin, par exemple. 

Après toutes ces formations, qui me sont d’ailleurs encore utiles, j’ai décidé de foncer en design intérieur. J’ai terminé ma formation au Collège LaSalle et j’ai senti que c’était enfin la bonne formation pour partir mon entreprise. Ce que j’ai fait directement après l’école, sans même avoir travaillé dans un bureau de design.

Ma créativité m’a amené aussi à la création de produits de décoration pour intérieur avec des végétaux stabilisés. Suite à plusieurs commandes de fournisseurs outre-mer et de grosses quantités, je me suis aventurée dans la location d’un local commercial situé sur la Rive-Sud de Montréal qui me sert de vitrine et d'atelier. Et ça, c’est un rêve de petite fille qui se réalise! Et comme il y en a plusieurs autres à atteindre, je continue d’avancer, travaillant très fort!

 

D’où vient votre passion pour le design d’intérieur?

Étant enfant, j’avais une passion pour le design, sans même le savoir. Pas nécessairement pour le design intérieur, mais pour le design en général. Comme j’ai toujours été artiste, j’avais plusieurs passe-temps reliés au design. Il y a eu un moment où je tenais un livre avec des créations de vêtements. (…) Du piano à la danse, en passant par la peinture sur des pots de fleurs, je sentais que je devais trouver mon chemin à travers toutes ces passions. J’adorais aussi l’immobilier alors j’en ai conclu que le design intérieur était le mélange parfait de plusieurs arts auxquels je me passionne. Avec mon entreprise, je peux créer autant des accessoires de décoration pour la maison, des plans techniques, des idées innovatrices, des choix de couleurs, des mélanges de textures, des tableaux muraux personnalisés, etc.

 

Vous êtes la toute première récipiendaire du Prix Richelieu de la relève en design. Qu’est-ce que cela représente pour vous?

Le concours Richelieu m’est arrivé dans un moment où j’étais très occupée par l’entreprise et mes contrats, mais je tenais absolument à y participer. J’étais tellement contente de voir qu’il y avait enfin un concours qui correspondait exactement à mon profil. Ils sont très rares alors je ne voulais pas laisser passer cette chance. J’ai travaillé pendant un mois à temps perdu sur le concours, je voulais que tout soit parfait. J’ai conçu mon projet avec acharnement comme s’il s’agissait d’un vrai contrat. Il m’est arrivé de me décourager, tous ces heures sans même savoir si j’allais être récompensée! Le sentiment éprouvé lorsque j’ai su que j’étais la gagnante ne se décrit pas! J’étais très émue et j’ai eu la confirmation que mettre de l’effort les yeux fermés, ça rapporte. Ce que j’applique aussi dans mon entreprise quotidiennement. J’ai senti que j’étais à la bonne place et que ma carrière peut enfin être propulsée.

 

Vous avez fondé l’entreprise Anastrophe. Comment s’est  développée votre fibre entrepreneuriale?

Je crois que la fibre entrepreneuriale est quelque chose d’inné. Comme je l’ai mentionné plus haut, j’ai toujours voulu avoir mon entreprise avant même de savoir dans quel domaine ce serait. Je crois que de posséder sa propre entreprise doit venir d’un rêve, car c’est un chemin extrêmement difficile et seulement ceux qui le veulent vraiment y arriveront. En lançant mon entreprise, j’ai débuté ma carrière en tant que designer d’intérieur mais aussi en tant qu’entrepreneure. Être entrepreneure, c’est un métier dans un autre métier; la comptabilité, le marketing, le site web, la publicité, la paperasse, le développement du réseau professionnel, etc.

 

Qu’est-ce que votre formation au Collège LaSalle vous a apporté?

Comme j’ai étudié en ligne, ma formation m’a permis de concilier travail et études. J’ai trouvé la formation tellement complète que je me sentais d’attaque pour partir à mon compte sans même acquérir l’expérience de bureau. Les bases techniques du design intérieur m’ont été données de façon complète pour ensuite utiliser seulement la créativité pour poursuivre et me lancer.

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous aux jeunes qui suivent présentement la même formation que vous?

Cela fait presque 2 ans que je suis à mon compte et j’ai eu la chance de rencontrer plusieurs designers d’intérieur. Je me suis aperçue qu’être designer, c’est d’être unique dans l’industrie. Il y a des designers pour tous les genres de projets et donc les designers développent chacun leur spécialité. C’est un domaine très varié et il ne faut jamais s’arrêter en ce comparant au travail des autres. Si vous sentez que c’est une voie pour vous, il faut foncer. J’ai pris plusieurs chemins avant de le comprendre. Il faut avoir confiance en vous et en ce que vous avez à l’intérieur, car la création devient propre à chacun.

Actualités
Étudiants
Prix et distinctions