Techno-Espace

Du plongeon olympique aux vêtements techniques

Demande d'information
X
le 15 février 2018

La nageuse olympique Émilie Heymans a collaboré avec le Techno-Espace ainsi que trois étudiantes en Design de mode afin d’augmenter sa gamme de vêtements techniques.

La confection de vêtements techniques, ce n’est pas une mince affaire! De nombreuses compagnies font appel à l’expertise du Techno-Espace, le laboratoire technologique du vêtement du Collège LaSalle, afin de les appuyer dans le développement de nouveaux produits.

C’est le cas d’Émilie Heymans, athlète olympique, qui a eu recours à l’expertise du Techno-Espace dans une collaboration des plus fructueuses.

Des vêtements à la hauteur des ambitions olympiques

Première plongeuse au monde et première Canadienne à réaliser l’exploit de remporter une médaille à quatre jeux olympiques consécutifs, Émilie Heymans s’est lancée dans la confection de maillots de bain après avoir pris sa retraite.

Son entreprise, Émilie Heymans Design, jouit déjà d’une excellente réputation auprès des équipes de plongeon, de natation et de nage synchronisée. Ses créations enjolivent les performances de plusieurs de nos athlètes olympiques québécois et canadiens.

L’entrepreneure désirait toutefois offrir une plus grande variété de vêtements aux équipes sportives. En effet, les athlètes revêtent plusieurs types de vêtements en dehors de la piscine, que ce soit lors des présentations officielles ou pour fouler le podium.

Tout comme pour le maillot de bain, la confection de vêtements techniques tels que camisoles, survêtements, softshells hybrides, collants et vestes alpines nécessite un bagage de connaissances spécifiques.

L’expertise du Techno-Espace

Afin de développer sa nouvelle gamme, Émilie Heymans a fait appel au Techno-Espace, un laboratoire d'expertise en sciences du vêtement et de la recherche, qui fournit des services répondant aux besoins de l'industrie du vêtement technique spécialisé.

Trois étudiantes en Design de mode du Collège LaSalle, très intéressées par le vêtement technique, ont été impliquées dans le projet.

Lucine Claudel, Jessica Castelneau et Marie-Pier Gélinas ont accompagné Émilie Heymans à toutes les étapes du projet. Toutes les quatre ont d’abord suivi ensemble une formation intensive en accéléré, couvrant plusieurs aspects du développement d’un produit technique.

Elles ont abordé notamment les mécanismes de perte de chaleur, le système multicouche, les notions de tests en laboratoire et sur le terrain, tout comme les aspects de développement durable et d’innovation dans l’industrie.

Les étudiantes ainsi que la quadruple médaillée olympique ont ensuite procédé ensemble à l’élaboration, à la conceptualisation des imprimés et des vêtements, à la création et aux nombreux contrôles de qualité.

Une expérience formatrice

Les étudiantes devaient intégrer formation, élaboration des planches d’inspiration, recherche de tissus, développement des patrons, confection et séances d’essayage dans leurs horaires déjà bien remplis par une formation à temps plein en Design de mode.

Elles ont dû développer leurs compétences rapidement, travailler vite et bien, sans laisser le projet affecter leurs notes. C’était la consigne!

En échange, elles ont obtenu une mention au bulletin attestant leur implication dans le projet. Elles ont également appris à travailler le vêtement technique ainsi que le tissu extensible, un volet qui nécessite un bagage de connaissances spécifiques ainsi que l’utilisation d’équipement spécialisé.

Terminant leur DEC en Design de mode cette année, certaines participantes au projet ont même décidé d’entreprendre une AEC Designer de vêtements techniques, en septembre prochain.

Offert par le Techno-Espace du Collège LaSalle, cette formation s’adresse aux professionnels du design de mode ou du vêtement qui souhaitent élargir leurs connaissances dans le domaine du vêtement de plein air et obtenir une attestation reconnue.

Ce que l’expérience a apporté aux étudiantes? Sur le terrain, le designer doit toujours s’adapter à la clientèle cible. Dans ce cas-ci, les athlètes préfèrent généralement les vêtements performants aux vêtements plus fashion que les étudiantes ont l’habitude de réaliser en Design de mode. La sobriété est de mise lorsqu’on représente un pays!

Mode, arts et design
Actualités
Étudiants
2018