À propos

Pleins feux sur nos diplômés

Denis Gagnon

Nom: DENIS GAGNON
Titre: PRÉSIDENT ET DESIGNER
Entreprise: ATELIER-BOUTIQUE DENIS GAGNON
Programme d’études: DESIGN DE MODE
Diplôme obtenu en: 1992


Quel poste occupez-vous et quelles sont vos principales responsabilités?

Je suis designer et président de l’Atelier-Boutique Denis Gagnon, situé au 170 rue Saint-Paul Ouest, dans le Vieux-Montréal.


Décrivez-nous une journée type de votre vie professionnelle?

Je travaille la plupart du temps dans mon atelier, situé au sous-sol de ma boutique. J’assume plusieurs postes au sein de mon équipe: je m’occupe de la création, je gère aussi la coupe, le patronage et j’explique à mon équipe en quoi consiste l’assemblage et les différentes techniques de couture.


Expliquez-nous votre cheminement professionnel?

Je suis arrivé à Montréal dès la vingtaine. J’ai obtenu mon diplôme en Design de mode au Collège LaSalle. J’ai travaillé dans le domaine du théâtre et chez Fox Leather, puis je suis parti enseigner trois années à Casablanca, au Maroc, porté par ma soif de voyager et de vivre des défis. J’ai aussi enseigné au Collège LaSalle.

Mon ami Yso m’a poussé à créer ma marque que je distribuais chez Holt Renfrew, puis j’ai ouvert une première boutique dans le Mile End.

En 2010, je suis devenu le premier designer québécois à faire son entrée au Musée des beaux-arts de Montréal.

Ensuite j’ai ouvert ma boutique actuelle dans le Vieux-Montréal. Tout est fait dans l’atelier situé au sous-sol de la boutique. Les projets se sont accumulés, entre autres une collaboration avec la maison de cosmétiques Lancôme, ou encore une collaboration avec les boutiques Bedo.

Nous habillons régulièrement des personnalités à l’occasion d’événements publics, comme des tapis rouges, des émissions télévisées ou des concerts. Phyllis Lambert, Guy Laliberté ou encore Marie-Mai s’affichent en Denis Gagnon. La mairesse de Montréal, Valérie Plante, est aussi une de mes clientes.

En décembre 2018, mon équipe et moi avons entrepris de démocratiser la mode montréalaise en mettant en rayon la collection Denise. Les designs et la technique sont simplifiés, diminuant le coût du vêtement et ouvrant le marché de la mode à une clientèle plus moyenne gamme.

Cette année je collabore une nouvelle fois avec le Musée des Beaux Arts, où deux de mes robes sont exposées pour Montréal Couture, à l’occasion de l'exposition «Thierry Mugler: COUTURISSIME».


Quel est votre meilleur souvenir de votre passage au Collège LaSalle?

J’ai passé quantité de bons moments au Collège LaSalle et plusieurs personnes m’ont marqué. Je pense particulièrement à l'enseignante Céline Chicoine, à Claude Férot, à Jacques Marchand et à Michèle Boulanger-Bussière.


Dans votre programme d’études, quelle était votre matière favorite?

Ma matière favorite était sans hésitation le moulage, suivi de la partie confection. Je me souviens des enseignants qui pensaient que j’en avais fait auparavant; j’étais doué en couture voilà tout. J’ai même pu obtenir de l’emploi par leur entremise.

Également, j’aimais beaucoup faire des croquis.


Décrivez votre impression générale lors de vos débuts au Collège LaSalle?

J’ai vécu le Collège LaSalle comme un second souffle. J’ai senti que ça me permettrait de débuter ma carrière et de réaliser mes ambitions.

Quand j’étais petit, j’habillais les poupées Barbie de ma sœur et plus tard j’ai travaillé pour le théâtre et le cinéma. Mais là, c’était l’aboutissement de ces premières approches du design. Cela m’a donné du courage car dans la vie, tout est du travail.

En cherchant à percer tous les secrets du monde de la mode, je me suis trouvé moi-même.


Qu’est-ce qui vous a le plus étonné lors de votre arrivée sur le marché du travail?

J’ai compris que je devais travailler encore et toujours plus, dépasser mes limites. Cette devise m’a servi tout au long de ma carrière.

Mon appartement est à proximité de mon atelier-boutique où je suis constamment.

À l’instar de Coco Chanel, je travaille la fin de semaine, j’avance pendant que les autres sont en congé.


Quel conseil donneriez-vous à un étudiant présentement inscrit dans le même programme que celui où vous avez étudiez?

Attache ta tuque! Pour réussir il faut toujours travailler avec passion et détermination. Il faut travailler très fort pour réaliser ses rêves.

La chance, il faut la provoquer et toute la vie est une question de chance.


Quelles sont les qualités essentielles pour réussir dans votre domaine?

Produire en rythmant travail et constance, là est la clé du succès.


Qui sont vos modèles d’inspiration et pourquoi?

René Rozon, le fondateur du Festival International du Film sur l’Art m’a conditionné à la persévérance et au courage. Ce sont aujourd’hui deux de mes qualités principales, voilà pourquoi je l’admire beaucoup.

Je sais que c’est cliché mais mon principal modèle est indéniablement ma mère, elle est et restera ma principale source d’inspiration. Elle m’a donné tant d’amour.


Quelque chose à ajouter qui pourrait inspirer la prochaine génération?

La mode d’aujourd’hui est un couteau à double tranchant: avec Internet on peut voir et se faire voir, mais la compétition est féroce, le combat est dur.

 

Pour en savoir plus sur Denis Gagnon:
Facebook: DENIS GAGNON
Instagram: @denisgagnon.ca
LinkedIn: @denisgagnon
Page d’entreprise: www.denisgagnon.ca

Mode, arts et design