Mathieu Caron: d’étudiant au Collège LaSalle à designer favori des patineurs artistiques olympiens | Collège LaSalle Montréal
Design de costumes

Mathieu Caron: d’étudiant au Collège LaSalle à designer favori des patineurs artistiques olympiens

Conférence par Mathieu Caron
Demande d'information
X
Quel programme vous intéresse
*
Avez-vous des questions en particulier?
+
Other contact or email
le 19 mai 2022

Après que ses créations pour Tessa Virtue et Scott Moir lors des Jeux Olympiques de PyeongChang en 2018 aient été remarquées à l’échelle internationale, Mathieu Caron a récidivé cette année en confectionnant pas moins de 22 costumes pour les patineurs artistiques des Jeux Olympiques de Beijing.

Étant un diplômé en Design de mode du Collège LaSalle, nous avons décidé de l’inviter afin d’offrir une conférence à nos étudiants sur son parcours et sur ses créations olympiennes. La discussion était animée par nul autre que Stéphane Le Duc, un expert en mode bien connu au Québec.


Ses débuts…

Le style, l’élégance et le goût de la mode étaient très présents chez ses grand-mères; deux femmes importantes dans sa vie. Elles avaient une salle de couture à la maison et Mathieu prenait plaisir à les observer pendant qu’elles travaillaient sur leurs machines à coudre. Déjà à cette époque, le créateur de costumes olympiens était fasciné par l’esthétique et le visuel de la mode.

Plus tard, Mathieu s’est aussi mis à s’intéresser à la danse, plus précisément, au ballroom. Il a donc éventuellement commencé à allier ses deux passions en confectionnant les costumes pour ses compétitions de danse.

Conférence Mathieu Caron

La première robe qu’il a confectionnée a été inspirée d’une robe de Thierry Mugler, qu’il avait vue pendant ses études au Collège.


Sa compagnie: Feeling

Conférence Mathieu Caron

Son background de danseur lui a apporté beaucoup. Il comprend bien les besoins d’un danseur et comment le costume doit s’adapter aux mouvements. En plus, il a aussi été chorégraphe donc quand les entraîneurs lui parlent de leur vision, il comprend bien leurs besoins.

L’atelier de Feeling est situé à Longueuil. Après les olympiques de 2018, l’équipe est passée de 7 à 18 employés! Aujourd’hui, ils sont encore en processus de recrutement pour grandir davantage.

 

Ses créations olympiennes

Conférence Mathieu Caron

Pour les patineurs artistiques, les costumes sont très importants et font partie de la prestation. Il faut qu’ils mettent en valeur les athlètes et qu’ils soutiennent leur performance, sans pour autant prendre toute la place!

En plus des costumes, les bijoux et accessoires sont eux aussi confectionnés par Feeling! Ça prend des accessoires assez imposants et tape à l’œil, mais il faut aussi s’assurer qu’il n’y ait pas de danger que le danseur s’accroche dedans. Mathieu et son équipe s’assurent donc de toujours confectionner des accessoires qui ne sont pas trop lourds et qui sont assez flexibles.


Tessa Virtue et Scott Moir

Tessa Virtue et Scott Moir

«Au début, on voulait être collé sur le film Moulin Rouge mais, après la première compétition, on s’est rendu compte que ça prenait plus que ça! La robe d’entraînement a eu plus de succès que la robe de performance, donc on s’est basé là-dessus pour créer la version finale pour les olympiques. Au total, il y a eu 4 versions du costume de Tessa.»


Alysa Liu

Alysa Liu

«Ma première inspiration visait un look plus feu et flamme. Je voulais mettre de l’avant la fougue de la jeune patineuse de seulement 16 ans, ainsi que le côté un peu bohème de la musique. Celle-ci est la 2e version du costume de Alysa Liu. Ce costume-là représente une soixantaine d’heures de travail.»


Madison Chock et Evan Bates

Madison Chock and Evan Bates

«Madison arrive souvent avec des croquis et des idées, ce qui est complètement différent de Alysa, par exemple. Donc, c’était intéressant de pouvoir travailler sur ses idées et de les faire évoluer.

Pour son costume bleu, je voulais éviter le piège de créer un costume d’extraterrestre (qui était le thème de la danse). Ce fût un défi de ne pas tomber dans la caricature!

Son costume comporte beaucoup de motifs et de détails. Il y a une bande élastique qu’on devait recouvrir, et pour ce faire, on a carrément tracé une ligne sur Madison pour déterminer où on allait placer le tout. Pour ce costume, on parle de plus de 120 heures seulement pour la confection, donc ça exclut la création.»


«Pour ce qui est du deuxième costume, on est allé dans le vert car elle dansait sur une chanson de Billie Eilish. La musique est souvent une base et devient une importante source d’inspiration. L’idée est de prendre le son en référence, mais comme je disais, sans pour autant tomber dans les clichés.»


Marjorie Lajoie et Zachary

Marjorie Lajoie and Zachary

«Le thème était Rio donc la commande était de recréer deux perroquets. Mais, en patinage artistique, aucun élément du costume ne peut tomber sur la glace, sinon les athlètes perdent des points. Donc, on a fait imprimer de la plume sur du tissu, en 3D, ce qui était plus rigide. On a aussi fait de la peinture au airbrush et au pinceau. Il y a donc beaucoup de travail d’artisanat et de fait main dans ce costume.»


Olivia Smart et Adrian Diaz

Olivia Smart and Adrian Diaz

«Encore une fois, on ne voulait pas tomber dans le cliché. La musique et la chorégraphie étaient basées sur le film de Zoro. Donc on a créé un bustier de couleur verte pour représenter le traditionnel flamenco.

C’est un moment précis dans le film qui a inspiré la robe: une actrice portait une robe de cette couleur. Mais on n’était pas capable de trouver la couleur exacte donc on a fait imprimer notre tissu avec notre propre création de couleur.

Le corset est seulement une illusion: ce n’est pas un vrai corset, c’est une superposition d’un satin semi-stretch pour donner l’illusion d’un corset, tout en permettant à l’athlète de rester confortable.»


Keegan Messing

Keegan Messing

«C’était impossible de costumer Keegan en costume de patineur… On a donc fait un compromis pour le mettre en valeur tout en respectant sa personnalité. Il voulait rendre hommage aux canadiens, et nous, on voulait jouer avec les proportions et allonger sa silhouette.

Quand on regarde son costume, on a l’impression que c’est si simple, mais il y a eu tellement de travail et d’analyse! Heureusement, son costume a eu beaucoup de succès sur les réseaux sociaux!»


Shoma Uno

Shoma Uno

«Son costume était d’inspiration blé et baroque, avec une touche d’or. On a ajouté un effet de mouvement sur la jambe et sur le corps pour définir sa silhouette. C’est quelque chose que l’on fait assez souvent: on descend les décorations sur le pantalon car ça permet d’amplifier le mouvement. Même lorsque le patineur est immobile, il y a un mouvement dans le costume.»


Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron

«C’est le couple qui a triomphé aux Jeux olympiques de Pékin! Étant français, ils ont le choix en termes de couturiers… Mais ils ont choisi un québécois!

Guillaume était très impliqué dans la création des costumes. Il a un goût artistique très développé et il sait ce qu’il veut. Donc, on avait prédéterminé les lignes directrices ensemble…»

Gabriella Papadakis and Guillaume Cizeron

«Pour leur premier costume, comme il y avait beaucoup de danse dans leur numéro, et donc beaucoup de mouvements dans les bras, on a voulu mettre ça en évidence… On a donc utilisé deux différentes matières (une pour l’avant-bras et une autre pour les biceps).»

Gabriella Papadakis and Guillaume Cizeron

«Il y a une dualité et une complémentarité qui doit exister entre les danseurs. Gabriella est dans le raffinement et la grâce quand elle patine. Donc, pour ce deuxième costume, on a utilisé une abondance de la pierre. Le mélange du crème et du or était fait pour elle!

Pour Guillaume, on est allé dans le rouge pour avoir un beau contraste. On avait aussi une autre version de son costume, qu’il a porté aux championnats du monde. Mais aux Jeux olympiques, il a porté le costume rouge car on savait que les bandes de la patinoire étaient bleues et donc que ça ressortirait mieux.»


Son meilleur conseil pour les jeunes créateurs de demain

«Ce métier, c’est vraiment une vocation! Il faut vraiment mettre de côté son côté diva et sa vision des choses. Il faut être à l’écoute et être dédié au service client. On appose notre signature à la demande des clients, mais on n’est pas le point central de la création.

Il faut aussi être persévérant, passionné et s’intéresser à tout ce qui se passe et ce qui se fait dans le domaine. Finalement, il faut se faire confiance et croire en soi.»


Pour visionner l'entièreté de la conférence

Actualités
2022
Mode, arts et design
Ateliers et conférences
Diplômés